Jamaat-e-Islami (Bangladesh)

Jamaat-e-Islami (Bangladesh)

Jamaat-e-Islami est un de plus important parti islamiste au Bangladesh .

Jamaat-e-Islami est actif et possède des succursales dans le monde entier d'ou il propage l'islam politique.

Ses membres coopèrent étroitement avec les Frères musulmans.

Une de leur principales campagnes a consisté à exonérer les responsable des massacres de 1971. 3 millions de civils, 200 000 viols et le déplacement en Inde de 8 à 10 millions de réfugiés ont été les victimes de la guerre menée par le Pakistan pour empêcher le Bangladesh d'accéder à son indépendance.

bangladesh1

Un Tribunal pour les crimes de droit international a été instauré en 2010 par le gouvernement bangladais pour enquêter sur les violations des droits humains de grande ampleur commises durant la guerre d’indépendance de 1971 dans le pays. Pour les islamistes, ces procès n'ont aucun lieu d'être. Amnesty International se félicite alors de ce tribunal et espère que personne en sera condamné à mort.

Maulana Motiur Rahman Nizami, le chef  of Jamaat-e-Islami, était aussi, pendant la guerre d'indépendance l'instigateur de la milice al Badr. Un groupe ultraviolent et pro-Pakistanais  responsable, entre autres du massacre d'intellectuels. Plusieurs dizaines d'écrivains, d'enseignants, de réalisateurs, de médecins et de journalistes ont été raflés par la milice le 15 décembre 1971 et exécutés. Ils ont ensuite été  retrouvés dans un marécage les yeux bandés et les mains attachées derrière le dos.

Condamné à mort pour crime contre l'humanité, Maulana Motiur Rahman Nizami bénéficié d'une campagne de soutien d'Amnesty International. Amnesty International s’oppose en toutes circonstances et sans aucune exception à la peine de mort, quelles que soient la nature et les circonstances du crime commis, la culpabilité ou l’innocence ou toute autre situation du condamné, ou la méthode utilisée pour procéder à l’exécution. L’organisation milite en faveur de l'abolition totale de ce châtiment. Néanmoins, la déclaration de l'ONG, a été interprétée par Jamaat-e-Islami comme la preuve de l'innocence de leur leader.

Autre soutien du criminel contre l'Humanité,  Tariq Ramadan, qui reprend les éléments de langage l'organisation islamiste comme "soi-disant tribunal". A aucun moment le prédicateur n'a un mot pour les 3 millions de civils, 200 000 viols et le déplacement en Inde de 8 à 10 millions de réfugiés. Il faut dire qu'il étaient considérés par les Pakistanais et leurs auxiliaires bengalis comme des sous hommes à éradiquer.

bangladeshft2

En 2012 Jamaat-e-Islami publie un texte expliquant qu'il n'y avait aucun lien entre l'organisation et le terrorisme. Une déclaration tournée en ridicule par une génération de bloggeurs bangladeshi.

En marge du procès, Jamaat-e-Islami a été interdite au Bangladesh en 2013. Outre le fait que la plupart de ses cadres étaient responsables des massacre de 1971, plusieurs jeunes militants ont été impliqués dans des meurtres de bloggeurs.  Jamaat-e-Islami bénéficie toujours d'une assise importante grâce à son empire médiatique et peut déclencher de grandes manifestations qui peuvent bloquer le pays. En mai 2013, on assiste ainsi à des batailles rangées entre islamistes et forces de l'ordre.

La rédaction

Related Articles

Close