Prison requise contre Abdelfattah Rahhaoui, protégé du CCIF 

Prison requise contre Abdelfattah Rahhaoui, protégé du CCIF 

Prison requise contre Abdelfattah Rahhaoui, protégé du CCIF 

Depuis l'été 2016, le CCIF a lancé une campagne de soutien sur les réseaux sociaux pour Abdelfattah Rahhaoui, imam et directeur d'école à Toulouse. Le CCIF et Abdelfattah Rahhaoui considèrent comme "islamophobe" la décision de non-ouverture par l'Inspection Académique de son école Al-Badr à la rentrée 2016. Voir notre dossier sur Abdelfattah Rahhaoui ici, et ses liens avec Sanabil (association soupçonnée de liens terroristes) ici

capture-decran-2016-11-18-a-14-52-57

Suite à son refus de se plier à la décision de l'Inspection Académique puis à l'ouverture illégale de classe (en récidive depuis 2010), ainsi que des faits de violence et d'intimidations sur ses élèves, Abdelfattah Rahhaoui a comparu le 17 novembre 2016 au tribunal. Les faits exacts reprochés sont : « violences aggravées et répétées à l’encontre de mineurs de moins de quinze ans par une personne dépositaire de l’autorité », « ouverture illégale de classes de collège » et « refus de se soumettre à la mise en demeure ». 

Abdelfattah Rahhaoui s'est défendu en prétendant faire uniquement du soutien scolaire, des "cours à la carte" aux collégiens. Mais CôtéToulouse rapporte les interrogations de la présidente de séance au tribunal : comment expliquer les volumes horaires de 26h de cours ? sans que ces élèves de collège ne soient inscrit dans aucun autre établissement ? Cela ressemble plus à un collège clandestin, qu'à des cours de soutien scolaire en parallèle des études des jeunes élèves. 

Les enseignements ont de plus été reconnus défaillant par tous les rapports de l'inspection académique. 5 des 7 bloc du tronc commun ne sont pas correctement enseignés. Seuls les cours de langue arabe et d’étude du Coran seraient soutenus (7 heures par semaine), avec 6 professeurs sur les 13 que compte l'établissement. 

Les professeurs, dont plusieurs affirment avoir été ni payés, ni déclarés, ont même été remplacés par des parents d'élèves lorsqu'ils se sont mis en grève pendant 2 semaines. Ce qui a déclenché des contrôles de l'inspecteur d'académie, puis une saisie du Procureur. 

Le témoignage d'une jeune collégienne de 6ème est glaçant. Lors de la visite de l'inspecteur d'académie, elle rapporte avoir été obligée de se cacher avec les autres élèves du secondaire, pour ne pas être vus. Lorsqu'elle s'interroge sur cette obligation de mentir à l'inspecteur, elle sera convoquée par Abdelfattah Rahhaoui : "Il m’a alors convoqué dans son bureau et, après m’avoir crié très fort dessus, il m’a frappé au niveau de la joue, me faisant tomber par terre. Le directeur nous terrorisait, nous criait dessus, favorisait ses enfants et se moquait des enseignants ainsi que des élèves". 

Exclue pendant 3 jours, elle change ensuite d'établissement. Tout comme ce collégien, défendu à la barre par Me Doumenc. Il dit avoir été trois fois victime de violences : "AbdelFattah Rahhaoui l’aurait, un jour, tenu dans ses bras, jusqu’à le faire devenir rouge, avant de le jeter en direction de chaises. Une deuxième fois, alors qu’il n’allait pas assez vite pour amener des tables dans une salle de classe, le directeur de l’école aurait jeté un meuble dans sa direction. Enfin, pendant la récréation, il aurait reçu de la part d’AbdelFattah Rahhaoui un ballon de basket, envoyé au niveau de son oreille. Le jeune garçon aurait fait état de maux de crâne, l’obligeant à prendre des anti-douleurs" (CôtéToulouse). 

Alors qu'Abdelfattah Rahhaoui se dit victime d'"islamophobie", la procureur requiert : 

  • 3 mois de prison avec sursis pour les faits de violence,
  • 4 mois de prison avec sursis, 5000€ d'amende, l’interdiction d’exercer une profession en lien avec l’éducation, et la fermeture du groupe scolaire, pour le non respect de la mise en demeure, 
  • et 3000€ d'amende pour l'ouverture illégale de la classe de collège. 

Le délibéré est fixé au jeudi 15 décembre, à 14 h.

Carla Parisi 

Ce article est également disponible en العربية.

Carla Parisi

Related Articles

Close