Des Frères musulmans pour lutter contre l'antisémitisme ?

Des Frères musulmans pour lutter contre l'antisémitisme ?

Des Frères musulmans pour lutter contre l’antisémitisme ?

Le 26 février 2017, plus de 500 pierres tombales d'un cimetière juif de Philadelphie (Pennsylvanie) ont été brisées ou renversées. La semaine d'avant, 200 tombes juives étaient profanées dans le cimetière de Saint Louis (Missouri). Des graffitis nazis ont également été retrouvé sur la synagogue de Chicago. Les associations juives américaines ainsi que les associations luttant contre l'antisémitisme tirent la sonnette d'alarme : depuis l'investiture de Donald Trump, les actes antisémites ont tendance à augmenter en fréquence et en intensité. La presse européenne a également fait écho d'augmentation de ces actes de vandalisme et de haine aux Etats-Unis.

Dans un contexte de tensions agitées par Trump contre les minorités, dont le "Muslim Ban" est un exemple, les mains se tendent entre les « communautés » juives et musulmanes américaines. Après l'incendie criminel d'une mosquée du Texas le 28 janvier 2017, les responsables de la synagogue voisine avaient par exemple laissé les clés de leur lieu de culte aux responsables musulmans pour qu'il puisse accueillir leurs fidèles. Le 5 février 2017, de nombreuses associations juives américaines ont défilé à New York contre le Muslim Ban, rassemblant près de 10 000 personnes.. De nombreux imams de New York se sont positionnés contre l'antisémitisme et ont appelé à la solidarité entre juifs et musulmans. Un Marine musulman a proposé son aide pour surveiller des lieux de culte juifs.

Ces initiatives de rapprochements et de solidarité entre responsables juifs et musulmans sont presque inédites dans ce pays où les « communautés », façonnées par le community organizing du système américain, n'ont pas vraiment pour habitude de se mêler.

Néanmoins, il convient de s'interroger sur certaines initiatives, aussi efficaces qu'étonnantes, émanant d'organisations et de personnalités liées aux Frères musulmans peu connues pour leur lutte contre l'antisémitisme.

Suite à la profanation du cimetière de Saint-Louis, Linda Sarsour a lancé une campagne de crowdfunding pour reconstruire les pierres tombales juives : 60 000 dollars ont été récoltés. Ikhwan Info a le mois dernier dénoncé l'OPA de Linda Sarsour sur le féminisme américain lors de la Marche des Femmes contre Donald Trump (ICI). Elle est en effet l'auteure de nombreux tweets appelant à « arracher le vagin » d'Ayaan Hirsi Ali (pourtant déjà excisée, réfugiée et opposante aux islamistes) ou encore défendant la charia comme une voie « raisonnable » et qui « fait beaucoup de sens ».

Capture d’écran 2017-01-27 à 08.49.34

Linda Sarsour ne s'était jamais particulièrement investie dans la lutte contre l'antisémitisme. Pourquoi avoir attendu cette période tendue pour les Frères musulmans américains, où le gouvernement pointe du doigt leur rôle dans la radicalisation, pour agir ? Pourquoi avoir attendu que le scandale éclate avec la mise en lumière de ses tweets extrémistes, pour s’intéresser à l'antisémitisme ? Même s'il n'est jamais trop tard, le timing de cette opération peut sembler quelque peu opportuniste lorsque l'on connaît ses autres engagements.

Linda Sarsour considère qu' »il n'y a rien de plus effrayant que le sionisme ». Elle est une militante du mouvement BDS (boycott, désinvestissement, sanction) contre l'état israélien, qui a tendance à confondre boycott de marchandises et boycott de personnalités israëliennes, voire tout simplement de confession juive et considérées comme « sionistes ». Omar Barghouti, cofondateur du BDS, est engagé contre la solution de deux états (Israël et Palestine) et milite pour la création d'un seul état où les juifs seraient minoritaires. Linda Sarsour partage ce point de vue. Cette opinion est sur l'échiquier politique palestinien vivement soutenue par la branche armée des Frères musulmans, le Hamas, qui dirige actuellement la bande de Gaza, et dont la Charte et les leaders sont célèbres pour leurs propos antisémites.

Linda Sarsour est proche du PCRF (Palestine Children's Relief Fund), et appelle même aux dons pour cette association. Le PCRF a été sous le feu des projecteurs aux Etats-Unis pour ses liens financiers avec THLF (The Holy Land Foundation). Les fondateurs de The Holy Land Foundation ont été condamnés à des sentences de 15 à 65 ans de prison pour avoir utilisé l'argent de leur organisation pour financer le Hamas et notamment des activités terroristes. Un don de 50 000 dollars du The Holy Land Foundation a été effectué vers le PRCF alors que le The Holy Land Foundation était déjà  désignée comme organisation terroriste par le gouvernement américain. Le département du Trésor américain a désigné The Holy Land Foundation comme terroriste le 4 décembre 2001 (via Executive Order 13224). Après enquête approfondie, le département du Trésor a revu sa définition en "organisation terroriste internationale" et l'Union européenne a gelé ses avoirs.

 

Sans_titre_1

Linda Sarsour a également participé également à des manifestations avec l'association Al-Awda, qui milite également pour une solution à un état, et donc à mots couverts, pour la destruction de l'état d'Israël.

 

Sans_titre_2

Le co-fondateur d'Al-Awda, Abbas Hamideh, encourage les juifs à quitter Israël et à retourner « en Europe, au Maroc, ou de la où il viennent ». Il décrit le leader du Hezbollah, Hassan Nasrallah, comme « l'homme le plus honorable sur terre », un « leader puissant et honorable de la résistance ». En janvier 2016, elle intervient à la tribune lors de la marche organisée par Al-Awda à Washington en soutien à la Palestine.

Sans_titre_4

Sans_titre_3

Sans_titre_5

Linda Sarsour, après avoir été coorganisatrice de la première marche des femmes, est annoncée pour la grande manifestation pour les droits des femmes du 8 mars 2017. Le B'nai B'rith, qui n'avait pas encore réagi, comme la plupart des grandes organisations juives, sort de son silence et s'indigne de la présence, aux côtés de Linda Sarsour, de Rasmea Odeh. Cette dernière a purgé une peine de prison de 10 ans après avoir organisé un attentat en 1969 à Jérusalem qui a coûté la vie à deux étudiants israéliens.

« Donc, nous sommes en 2017, et une terroriste condamnée qui a tué deux personnes (…) devient une figure du féminisme contemporain », « et alors que l'agenda politique de Linda Sarsour gagne en crédit depuis janvier, sans parler de son audience de millions de personnes, maintenant, une autre activiste anti-Israël, anti-sioniste, antisémite, va disposer d'une plateforme pour distiller son idéologie radicale ».

La comptabilité des multiples engagements de Linda Sarsour continue de poser question. Mener la fronde féministe aux États-Unis tout en soutenant la charia ? Lutter contre l'antisémitisme tout en participant à des manifestations avec des pro-Hezbollah, pro-Hamas ou pro-terrorisme ?

Un autre organisme soulève les mêmes questionnement quant à sa sincérité. L'association CAIR a, par le biais de son directeur Nihad Awad, déclaré le 21 février 2017 offrir 5 000 dollars à quiconque aurait une information sur la personne qui menace de faire exploser des centres communautaires juifs, après plusieurs alertes téléphoniques inquiétantes.

CAIR a été classée comme terroriste par les Émirats Arabes Unis pour ses liens avec la confrérie des Frères musulmans.

Nihad Awad a refusé de condamner sur Al-Jazeera aucune organisation œuvrant pour la libération de la Palestine, signifiant ainsi qu'il ne condamne pas le Hamas. Lors du procès contre le The Holy Land Foundation (évoquée ci-dessus), des liens financiers et humains entre THLF et CAIR ont été mis en lumière par le FBI. (Voir ici)

Nihad Awad partage également la tribune au Qatar avec le leader spirituel des Frères musulmans, le Cheikh Youssef Qaradawi. Il le désigne comme un « savant proéminent ». Qaradawi est célèbre pour ses avis religieux ayant ouvertement légitimé les attentats-suicides, notamment en Israël. Sur Al-Jazeera, il affirme en 2009 que « tout au long de l'histoire, Allah a imposé [aux juifs] des personnes qui les puniraient de leur corruption. Le dernier châtiment a été administré par Hitler. [...] C'était un châtiment divin. Si Allah veut, la prochaine fois, ce sera par la main des croyants ».

W5CnhgZaPtEW

Voici donc un bref aperçu des différentes prises de positions de Linda Sarsour et de CAIR. Sont ils sincèrement les nouveaux fers de lance contre l'antisémitisme aux États-Unis ?

 

Carla Parisi

Carla Parisi

Related Articles

Close