Les soutiens de Tariq Ramadan s'organisent

Les soutiens de Tariq Ramadan s’organisent

Le 21 février, quelques dizaines de "personnalités" signent dans Médiapart une tribune de soutien à Tariq Ramadan, accusé de viol, violences volontaires, et menaces de mort par plusieurs plaignantes. Le texte est également publié sur le site web de Politis.

Intitulée "Tariq Ramadan : pour une justice impartiale et égalitaire", cette tribune demande sa "libération immédiate" de la prison de Fleury-Mérogis, sans un mot de soutien pour les femmes qui ont eu le courage de porter plainte. Les signataires insistent sur l'état de santé de Tariq Ramadan qui serait "alarmant", alors que le dernier rapport médical indique qu'il est tout à fait compatible avec son incarcération. L'autre argument évoqué est celui d'un supposé "traitement judiciaire d'exception" de la part de la justice française, qui obéirait à des "motivations politiques". Aucune preuve ne vient étayer ce raisonnement aux relents complotistes.

Parmi les signataires, nous retrouvons de nombreux habitués des pétitions, tels que :

  • Sihame Assbague, co-organisatrice des "Camps d'été décoloniaux" en non-mixité
  • Fanny Bauer-Motti, ancienne étudiante de Tariq Ramadan, qui compare désormais son professeur à Jean Moulin,
  • Houria Bouteldja, porte-parole du Parti des Indigènes de la République
  • François Burgat, islamologue très proche de Tariq Ramadan,
  • Ismahane Chouder, militante au sein de Participation et Spiritualité Musulmane, association initiée avec le soutien de Tariq Ramadan, et militante anti-IVG, anti-mariage pour tous, anti-Charlie,
  • Christine Delphy, sociologue "féministe", qui à l'époque de l'affaire DSK, prenait encore le parti de la victime,
  • Nabil Ennasri, ancien élève de François Burgat, qui se présente comme un spécialiste du Qatar,
  • Mireille Fanon Mendès-France, présidente de la fondation Frantz Fanon, membre de l'UJFP et de la MAFED aux côtés du PIR.
  • Alain Gresh, ancien directeur du Monde Diplomatique, ayant ouvert ses colonnes à Tariq Ramadan, ainsi que co-écrit un ouvrage avec lui,
  • Malika Hamidi, sociologue qui reconnaît avoir été formée par Tariq Ramadan,
  • Eric Hazan, fondateur des Editions La Fabrique, éditeur de Houria Bouteldja,
  • Moussa Ibn Yacoub, ancien membre de Baraka City,
  • Olivier Le Cour GrandMaison, politologue,
  • Didier Lestrade, confondateur d'Act-Up, ayant plusieurs fois pris le parti de Tariq Ramadan sur son ancien site minorités.org,
  • Marwan Muhammad, ancien directeur du CCIF,
  • Joan W. Scott, historienne américaine, proche de mouvements féministes "décoloniaux",
  • Michèle Sibony, vice-présidente de l'UJFP,
  • Aminata Traoré, ancienne femme politique malienne, soutien de Robert Mugabe,
  • Françoise Vergès, politologue membre du MAFED,
  • Dominique Ziegler, metteur en scène et fils de Jean Ziegler, rapporteur à l'ONU et soutien de longue date de Tariq Ramadan en Suisse.

Sur les réseaux sociaux, la campagne #FreeTariqRamadan peine à convaincre en dehors du cercle des militants habituels de l'islam politique. On y retrouve, outre certains noms cités plus haut, Idriss Sihamedi (président de Baraka City) et Feiza Ben Mohamed (ex-porte parole de la Fédération des Musulmans du Sud).

 

 

La rédaction

Close