Un camp islamiste découvert aux États-Unis

Un camp islamiste découvert aux États-Unis

Un camp islamiste découvert aux États-Unis

Vendredi 3 août, les forces d'intervention américaines, après une alerte du shérif du comté de Taos dans le Nouveau-Mexique au sud des États-Unis, découvrent un campement sordide où vivent onze enfants sans nourriture ni eau potable. Siraj Wahhaj et Lucas Morten, préalablement suspectés d'avoir mis en place ce camp, sont effectivement sur place et lourdement armés. Ils sont arrêtés en possession d'un fusil semi-automatique, de cinq chargeurs ainsi que quatre revolvers. Trois femmes sont également sur place. Des restes d'enfant sont retrouvés près du camp : il s'agirait du fils de Siraj Wahhaj.

Depuis leur interpellation, les cinq adultes sont tous accusés de chefs de maltraitance d'enfants. Siraj Wahhaj est également accusé d'avoir enlevé son fils à sa mère en Géorgie en décembre 2017. Les enfants ont depuis été pris en charge par les services sociaux. Le procureur du Nouveau-Mexique a indiqué qu'"un tuteur temporaire de l'un des enfants a déclaré que l'accusé (Siraj Wahhaj) avait entraîné l'enfant à tirer avec un fusil d'assaut pour se préparer à de futures fusillades en milieu scolaire". Le camp pourrait donc avoir servi à entrainer au moins un enfant à préparer une tuerie de masse. Lors d'une conférence de presse, le shérif a décrit la famille de Siraj Wahhaj comme des "extrémistes de la croyance musulmane".

Le père de Siraj Wahhaj, le beau-père de Lucas Moten, et le grand-père des onze enfants présents est un imam de Brooklyn, l'imam Siraj Wahhaj. Ancien prédicateur de Nation of Islam, ce dernier est également leader de la Muslim Alliance in North America (MANA), et ancien vice-président de l'Islamic Society of North America (ISNA).

Le 5 août, l'imam Siraj Wahhaj appelait sur son profil Facebook ses "frères et sœurs" à faire des invocations pour ses enfants et petits-enfants :

“Dear Brothers and Sisters, please make duas for the safe return of our children and grandchildren: Siraj, Hujrah, Subhanah Wahhaj, son in law Luqman (Lucas) Morton, and daughter in law Maryam (Jany) Leveille and their children (our 12 grandchildren). We believe they may be traveling together”.

Cet imam est connu pour être un fervent supporter de la Charia, qui devrait l'emporter contre la démocratie :

"Islam is better than democracy. Allah will cause his deen. Islam as a complete way of life, Islam to prevail over every kind of system, and you know what? It will happen.". A ce titre, il défend les châtiments corporels : "If Allah says 100 strikes, 100 strikes it is. If Allah says cut off their hand, you cut off their hand. If Allah says stone them to death, through the Prophet Muhammad, then you stone them to death, because it’s the obedience of Allah and his messenger—nothing personal".

L'imam Siraj Wahhaj a également été cité dans l'enquête sur les attentats du World Trade Center de 1993 comme étant un "co-conspirateur" probable. S'il a toujours nié sa participation, il s'est présenté comme témoin pour défendre le Cheikh aveugle Omar Abdel-Rahmane, chef de l'organisation terroriste égyptienne, Gama'a al-Islamiyya, et reconnu coupable dans ces attentats.

En 2017 lors d'une conférence commune, Linda Sarsour, une des leaders de la Women's March, parlait de l'imam en ces termes :

"My favorite person in this room, that’s mutual, is Imam Siraj Wahhaj, who has been a mentor, and motivator and encourager of mine, someone who has taught me to speak truth to power and not worry about the consequences, someone who has taught me we are on this earth to please Allah, and only Allah, that we are not here to please any man or women on this Earth, so I’m grateful to you, Imam Siraj … I’m grateful to you Imam Siraj, God bless you and protect you for a long time because we need you now more than ever.".

 

Ramzi Abbas

Related Articles

Close