Cabales contre musulmans non agréés

Cabales contre musulmans non agréés

Depuis les attentats de janvier et de novembre, plusieurs figures arabes et/ou musulmanes sont prises en chasse.

Twitter et Facebook sont le théâtre d’attaques virulentes de pro-intégristes ne supportant pas la présence dans le paysage médiatique de personnalités musulmanes se mobilisant contre l'intégrisme.La campagne vise à les disqualifier en lançant des procès d’intention, afin de faire pression sur les chaînes de télévision, de radio et sur la presse écrite et d’obtenir leur remplacement par d’autres invités amis.

Leurs cibles sont notamment : Mohamed Sifaoui, Dounia Bouzar, Abdennour Bidar, Hassen Chalghoumi, Rachid Benzine, Malek Chebel, Kamel Daoud, Latifa Ibn Zyaten, Tareq Oubrou, Fadela Amara, Malek Boutih.
Aux uns, on reproche de ne pas parler suffisamment bien français, de "faire honte" aux musulmans et d'être nés hors de France. Les intégristes français et leurs amis cherchent à délégitimer les expériences d'algériens, de syriens, de pakistanais, d'iraniens victimes dans leur chair des intégristes.
Aux autres, on reproche d'avoir dénoncé depuis des années les aveuglements de la classe politique française face à l'avancée des discours incitant à la haine.

Cette liste a longtemps tourné dans les milieux pro-intégristes. Ce qui vient de changer, c'est qu'aujourd'hui, outre la campagne violente sur les réseaux sociaux, le harcèlement judiciaire, se sont ajoutées une pétition et une liste d'experts agréés par les agresseurs. Au delà de la campagne de diffamation, certains membres de cette liste vivent sous protection, d'autres ont été victimes d'agression.
Ces personnes sont accusées de traîtrise, et qualifiées de « menteurs » ou de "faussaires". Si ces cabales online peuvent paraître anecdotiques car elles sont l’œuvre de petits groupes identifiés, leur nombre de followers ou de likes élevé leur assure une bonne couverture.

La liste des cibles à éliminer des plateaux de télévision s'est enrichie avec des personnalités qui ont longtemps été ambigües avec les intégristes. Les personnes visées ne forment pas un bloc idéologique homogène, mais leur mise à l'index, ensemble, par les intégristes pose un problème pour la liberté d'expression. On constate avec tristesse que les campagnes sont parfois relayées au delà des cercles pro-intégristes, par racisme, haine de soi, envie de se mettre en valeur ou simple volonté de nuire.

Parmi les lanceurs de mises à l'index, plusieurs noms reviennent.

Nabil Ennasri, est souvent présenté sur les plateaux comme un "spécialiste du Moyen Orient". Il est aussi responsable du site "Observatoire du Qatar" et a écrit un livre préfacé par Pascal Boniface. Nabil Ennasri est intervenu à Havre du savoir ainsi qu'au lycée Averroès. N'hésitant pas à faire le signe de la Rabia, il est coutumier des campagnes de diffamation.
FullSizeRender
Ses consignes sont immédiatement suivies.

FullSizeRender 2

FullSizeRender 3

Autre déclencheur de campagne, Fateh Kimouche, ou Al-Kanz.

Capture decran 2015-11-18 à 11.02.36

Al Kanz n'hésite pas à interpeller directement journalistes et politiques pour leur demander des comptes.

Ici il interpelle Gilles Clavreul, délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l'antisémitisme, pour qu'il ne prenne pas en compte les analyses de Mohamed Sifaoui.

image1

Les consignes d'Al Kanz sont ensuite relayées pour faire pression sur les télévisions, les radios, le CSA ou les administrations.

Capture decran 2015-11-18 à 11.19.10

Al Kanz n'hésite pas a mobiliser ses troupes dès qu'un journaliste pose des questions qui dérangent. Le 18 novembre, il rameute ses lecteurs contre le journaliste Thomas Sotto parce qu'il osé demander si l'imam de Brest, auteur de diatribes violentes et fleuries, serait expulsé.

Capture decran 2015-11-18 à 10.50.33

Al Kanz apporte son soutien aux salafistes Abou Anas et Abou Houdeyfa, mais également de façon plus surprenante à Marwan Muhammad, conseiller à l'OCSE et ancien porte-parole du CCIF.

Capture decran 2015-11-18 à 11.28.28

Marwan Muhammad, qui rappelle à l'occasion qu'il bénéficie du statut de diplomate, relaie les campagnes de diffamation et publie sur les réseaux sociaux une liste des experts corrects à ses yeux souvent issus du monde salafiste et frèriste.

Capture decran 2015-11-18 à 11.30.13 Capture decran 2015-11-18 à 11.31.33

 

Fiammetta Venner et Carla Parisi.

La rédaction

Related Articles

Close