Le meeting des “ni Charlie ni Paris” appelle à sanctionner la gauche

Le meeting des “ni Charlie ni Paris” appelle à sanctionner la gauche

Le meeting des “ni Charlie ni Paris” appelle à sanctionner la gauche

Après le massacre de Charlie Hebdo, les intégristes et leurs amis avaient attendu un mois pour se réunir contre l'"islamophobie" plutôt que contre l'intégrisme. Certains blessés sortaient à peine du coma.

Après les attentats de St Denis et de Paris,  les intégristes et leurs amis se sont retrouvés... à Saint-Denis, pour expliquer qu'ils n'étaient ni Charlie ni Paris. Et qu'au fond les vraies victimes ce n'était pas les 130 êtres humains morts le 13 novembre ni les 350 blessés, dont certains ne sont pas encore sortis de l'hôpital, mais eux... Les victimes d'"islamophobie".

Qui étaient à la tribune  de ce meeting, dont l'annonce a été relayée par "Ensemble", le courant de Clémentine Autain, sur son site ?

XVMdade52f4-9f37-11e5-a596-804c2384c61f-1

Salma Yaqoob

Salma Yaqoob est un des relais britanniques de Tariq Ramadan. En 2004, c'est elle qui, au FSE de Londres, parvient à inscrire Tariq Ramadan sur huit tables-rondes. Ce dernier ayant le don de double discours et non d'ubiquité, il a fait faux bond à plusieurs d’entre elles.

Salma Yaqoob a été l'une des représentantes du parti Respect (jusqu'en 2012) et porte-parole de la Mosquée de Birmingham. Elle a soutenu Jeremy Corbyn durant sa campagne.

Capture decran 2015-12-12 à 10.30.45

Par ailleurs, elle a écrit une nouvelle où elle imagine que la Grande-Bretagne deviendra une république islamique et Salman Rushdie quittera le pays effrayé. Quant aux attentats de Londres, ils seraient simplement une réaction aux attaques américaines.

Capture decran 2015-12-12 à 09.36.29

Lors de ce meeting, Salma Yaqoob, a expliqué que lorsque le Sun publie un sondage disant que 1/5 musulmans soutient Daesh, c 'est une attaque contre les musulmans !

Les puissances impérialistes seraient "comme des parents qui nieraient leur responsabilité de leur enfants incontrôlables, qui se rassurent dans la vengeance".

L’"islamophobie", dit-elle encore, est "créée par les élites comme arme de distraction massive en temps de guerre, une population terrorisée pose moins de questions à ses dirigeants", et "cela provoque un retrait de la vie politique des musulmans".

 

Alain Gresh

Autre participant, Alain Gresh, vieux compagnon de route de Tariq Ramadan. A ce meeting, il a expliqué que la LDH était la seule "à s’occuper de l’islamophobie".  Ou que lorsque "Valls déclare la guerre à Daesh (...) St denis en paie le prix". Sic.

 

Tariq Ramadan

Tariq Ramadan a poursuivi  à la tribune en congratulant Alain Gresh qui a "très bien présenté le lien avec la politique étrangère et les attentats".

Il a ajouté qu'on ne "doit pas interdire ni criminaliser le salafisme ni les lectures littéralistes, car en plus on traite avec les Rois de ces lectures à l’international" et qu'"il faut discuter de la lecture religieuse" mais ne pas faire l’amalgame "entre lecture littéraliste et attentats".

D'après Tariq Ramadan, les attentats du 13 novembre sont "un prétexte pour déclarer la guerre à la Syrie", guerre qui aurait été "préparée par la France bien avant".

Mais bien sûr, "des forces pro-israéliennes et sionistes en France ne veulent pas de son discours et provoquent des déstabilisations". Et de rajouter, qu'"on connaît les sources d'islamophobie, on sait d'où ça vient... Elles sont liées à des associations pro-sionistes mais on a pas le droit de le dire".

Tariq Ramadan a ensuite évoqué le cas de l'imam Kattabi, assigné à résidence. Seul imam proche des Frères musulmans à être inquiété, il a tout de même expliqué soutenir les jihadistes (qu'il appelle "moudjahidines") où qu'ils se trouvent. L'imam a également déclaré : "de nos jours, notre société et l'éducation incitent à la fornication". Il a lancé des campagne de haine contre Mohamed Sifaoui et aurait, selon le Fisc, un petit problème de mémoire avec ses  déclarations.

 

Capture decran 2015-12-12 à 09.32.36

Tariq Ramadan en appelle aux militants dans la salle : après avoir créé des associations contre l'islamophobie, il faut maintenant "passer à la deuxième étape", et "être beaucoup plus offensif en France et à l'international".

Et de terminer par une diatribe contre le laïcité. "Arrêtez avec cette laïcité a toutes les sauces !! Il y en a marre !!! Unité de la république, laicité, viande hallal, foulard, journée de la laicité… c’est quel désordre ça ? On est où ? C’est de la distraction !!!"

 

Capture decran 2015-12-12 à 09.37.57

 

Marwan Muhammad

Prenant la suite, l'ancien patron du CCIF, devenu conseiller OSCE et donc diplomate, a dédié la soirée à Caroline Fourest et Eugénie Bastié. Il a plaisanté en disant avoir déclaré vivre chez Caroline Fourest pour qu'elle soit perquisitionnée... Ce qui est effectivement assez drôle puisqu'il y a certainement plus de documents à charge contre Marwan Muhammad au domicile de Caroline Fourest que chez lui.

Et de poursuivre : "Valls a une fracture du cerveau car il ne veut pas comprendre les excuses sociologiques des terroristes". Ou encore : "On nous a vendu la république, alors maintenant on en veut pour notre argent".

 

Sihame Assbague

Toujours à la tribune, Sihame Assbague a appelé à ne pas voter pour la gauche: « Pas de justice, pas de voix »

Un moment surprenant a eu lieu. Au moment de partir, Tariq Ramadan n'a pas pris la peine de saluer Houria Bouteldja. Très peinée, la leader du PIR s'en est émue auprès de Sihame Assbague. Houria Bouteldja serait-elle devenue si repoussoir qu'elle ne lui est plus d'aucune utilité ou est-ce plus personnel ?

akhimara

 

La responsabilité de la Mairie de Saint Denis

La Mairie de St Denis avait déjà été mise en cause dans le meeting contre les #JesuisCharlie organisé après les attentats de janvier. Presque 200 personnes, les mêmes réseaux, se sont réunies ce 11 décembre dans la salle prêtée par la même Mairie de St Denis. Elle a d'ailleurs été remerciée à la tribune par Sihame Assbague pour la salle et le local. Quel local !?

Un élu y est également intervenu. Il s'agit de Madjid Messaoudene, élu de gauche connu pour ses diatribes contre la gauche, les laïques (surtout arabes) et son soutien à Tariq Ramadan.

Capture decran 2015-12-12 à 07.56.48 - copie

A la tribune, il a expliqué que Saint Denis a été touchée trois fois. Le 13 nov, le 18 nov (avec une intervention policière "qui a choqué les habitants"), puis avec les "attaques à l’encontre de St denis"... Il parle des perquisitions ! Pour Madjid Messaoudene, un attentat faisant 130 morts est donc visiblement équivalent à une action anti-terroriste pour prévenir un autre attentat.

Depuis de nombreuses années, des citoyens de Seine Saint Denis alertent contre la politique de communautarisme venant de la mairie. (voir ici le documentaire de Caroline Fourest sur la laïcité qui leur donne la parole).

C'est le cas de Fewzi Benhabib, universitaire algérien menacé de mort dans son pays et qui a choisi la France, il y a plus de 20 ans, à cause des islamistes. Après les attentats de Saint Denis, il a écrit une tribune dans laquelle il remet les pendules à l'heure (voir ici). La ville de Saint Denis n'a plus rien a voir avec ce qu'elle était quand il est arrivé, et "la patrie des droits de l'homme regarde ailleurs". Et y décrit un salon de coiffure réservé aux femmes qui s'appelle "Mixte Coiffure". Pourquoi mixte? Parce qu'au fond du salon, il y a une salle spéciale pour les femmes voilées.

 

Plusieurs protestations ont eu lieu contre ce meeting de la honte

• La pétition du mouvement REVE.

Et de nombreux tweets...

Capture decran 2015-12-12 à 09.50.59Capture decran 2015-12-12 à 09.47.59

Capture decran 2015-12-12 à 10.40.00Capture decran 2015-12-12 à 10.33.57Capture decran 2015-12-12 à 10.33.21Capture decran 2015-12-12 à 09.51.59

• Un article de Causeur.

• Un article du Figaro.

• Des questions concernant le soutien d'Ensemble de Clémentine Autain qui ont été balayée pour "islamophobie".

Capture decran 2015-12-12 à 10.36.08

 

Fiammetta Venner, Carla Parisi

 

 

 

Ikhwan Info est un observatoire de l'Islam politique et des Frères musulmans.

 

Carla Parisi

Related Articles

Close