"Ramadan le Play-boy salafiste"

“Ramadan le Play-boy salafiste”

Dans un article de Marianne, Martine Gozlan dresse un portrait sans concession du prédicateur Tariq Ramadan.

Plusieurs internautes partisans du prédicateur se sont moqués du titre "salafiste" arguant qu'un Frère ne pouvait pas être salafiste.

En réalité, les Frères musulmans se revendiquent réformistes salafistes en opposition aux salafistes non-politiques, aux wahhabites et aux salafistes djihadistes.

Tariq Ramadan lui-même s'est revendiqué salafiste, comme le rappelle Caroline Fourest dans son livre Frère Tariq.

Interviewé par Beur FM en novembre 2003, il reconnaît clairement appartenir au réformisme salafiste : « Il y a la tendance réformiste rationaliste et la tendance salafi au sens où le salafi essaie de rester fidèle aux fondements. Je suis de cette tendance- là, c'est-a-dire qu'il y a un certain nombre de principes qui sont pour moi fondamentaux, que je ne veux pas trahir en tant que musulman »[1]. Quelques mois après cet entretien, comme à l'accoutumée, il reviendra sur ses propos lors d'un colloque de l'Unesco.

[1] Cité par Martine Nouaille, « Tariq Ramadan, personnalité influente et controversée », dépêche AFP du 15 novembre 2003.

 

Capture decran 2015-11-22 à 09.09.13

Ce article est également disponible en English.

La rédaction

Related Articles

Close