Alkhayria Belgica

Alkhayria Belgica

Alkhayria Belgica

Alkhayria Belgica est une association qui aspire à contribuer à l'enseignement de l'islam en Belgique. Ils donnent des cours d'alphabétisation et organisent des sorties scolaires. Des séminaires sont aussi organisés pour initier les parents au débats islamiques. Peu de conférenciers sont extérieurs à l'idéologie des Frères musulmans.

Parmi les intervenants :

• Tareq Oubrou : "La théologie islamique à l'ère de la sécularisation : Faut il réformer la théologie en Islam ?"

• Mohamed Bajrafil : "Rappeler le passé des gens"

• Yahya Michot  :"Ibn Taymiyya et le salafisme"
• Hassan Iquioussen  " Relations Homme-Femme"
• Tahar Mahdi du Conseil européen de la Fatwa (formation)
• Zakaria Seddiqui du Conseil Mondial des Savants musulmans
Ou encore Michael Privot, Adnan Ibrahim, Hani Ramadan, Ahmed Jaballah.
En mars 2015, dans son enquête sur les FM en Belgique, Marie-Cécile Royen inclut Alkhayria dans les organisations satellites de la Confrérie. Suite à cette enquête, Marie-Cécile Royen subit de nombreuses intimidations. Ali Oubila, président du CA de Alkhayria exige un droit de réponse :
"notre ASBL n’est ni rattachée ou subordonnée aux Frères musulmans ni à d’autres organisations quelles qu’elles soient. Ceci, évidemment, ne nous empêche pas, dans le cadre de nos activités, de collaborer avec des acteurs intellectuels d’horizons divers."
alkhaira2

Post scriptum :
Le 21 mars 2016, entre l'arrestation de Salah Abdeslam et les attentats de Bruxelles, Ali Oubila Président De Alkhayria Belgica nous a envoyé un courrier :
"Près de 90% de nos intervenant ne sont pas frères musulmans!
De plus vous avez publié nos photos à notre insu !
Nous vous demandons de retirer tout ce que vous avez publié sur nous."
Dans le papier nous avions indiqué que "peu" de conférenciers n'était pas proches de la Confrérie. Nous maintenons cette information, même si le terme "peu" implique un pluriel généreux.
Par ailleurs les images ne seront pas retirées, elles font partie de la propagande du groupe et sont publiques.
Nous avions souligné que Marie-Cécile Royen avait subi des intimidations suite à son enquête. Comme elle, nous ne céderons pas aux menaces, en revanche nous poursuivrons notre investigation sur cette organisation et ses participants. Et nous la rendrons publique par souci d'information.

Ce article est également disponible en العربية et English.

La rédaction

Related Articles

Close