Sous pression, l’UOIF doit renoncer à ses orateurs les plus extrémistes

Sous pression, l’UOIF doit renoncer à ses orateurs les plus extrémistes

Capture decran 2016-02-02 à 20.13.16

C’est une victoire. Suite à l’alerte lancée par Mohamed Louizi sur ce site, de nombreuses voix, à gauche et à droite, se sont élevées contre la venue de prédicateurs connus pour leur apologie du terrorisme, à l’invitation (habituelle) de l’UOIF.

Le Rencontre Annuelle des Musulmans du Nord (tendance Frères musulmans) doit se tenir ce week-end à Lille sous la houlette d'Amar Lasfar. Or plusieurs des conférenciers annoncés tiennent des propos invitant à tuer les Apostats, les Juifs, les Homosexuels ou incitent au Jihad armé. Ce qui ne relève donc pas de la liberté d'expression, mais de l'apologie du terrorisme et de l'incitation à la haine.

Le ministère de l’Intérieur semble avoir examiné tous les recours légaux pour prévenir ce risque. Contrairement à ce que l’on peut penser, l’Etat d’urgence ne permet ni d’interdire une réunion ni des mesures si exceptionnelles. Surtout lorsque les intervenants controversés possèdent des visas (notamment suisse) ou un passeport diplomatique, comme le député marocain, pro-Hamas et antisémite, invité à parler.

Refusant de prendre une mesure qui sorte du cadre légal, le ministère de l’Intérieur a choisi une autre option, qui s’est révélée efficace. Bernard Cazeneuve a notamment fait paraître un communiqué mettant en garde les organisateurs : "Tout propos tombant sous le coup de la loi donnera lieu à des poursuites immédiates et fera l'objet des sanctions appropriées."

Sous pression, Amar Lasfar et la Ligue islamique du Nord ont dû renoncer à faire venir trois des prêcheurs les plus controversés (Mohamed Ratib Al-Nabulsi, Abouzaïd Al-Mokri et Abdallah Salah Sana’an), non sans avoir tenté d'expliquer qu'il s'agissait de savants reconnus.

Que les partisans de la liberté d’inciter à la haine (défendre la liberté d'expression pour l’apologie du terrorisme mais menacer ceux qui s'en servent pour critiquent les islamistes) se rassurent. Les propagandistes intégristes habituels, Frère Tariq Ramadan et frère Nabil Ennasri, eux, seront bien au rendez-vous.

 

La rédaction

Close